Uber en passe de réinventer la location de vélos à San Francisco

uber-en-passe-de-reinventer-la-location-de-velos-a-san-francisco

Uber se lance désormais dans la mise en location de vélos électriques grâce à un nouveau service, Uber Bike. Celui-ci fera ses débuts à San Francisco dès cette semaine avec des vélos disponibles à la demande, toujours via application.

(Crédit photo : Uber)

Vous connaissiez certainement Uber auparavant en tant que leader sur le marché du transport individuel avec chauffeur. Uber Eats se développe rapidement sur le marché de livraison de nourriture à domicile.

Aujourd’hui, un nouveau-né apparaît dans la gamme de services de l’entreprise américaine avec Uber Bike.

Uber s’attaque au monde des deux roues avec un service de « vélo-partage » inauguré à San Francisco. A travers son application mobile, les usagers pourront réserver des vélos à assistance électrique de pédalage afin de désengorger les artères encombrées de la baie californienne. La firme américaine essaie de mettre en avant une alternative plus abordable et rapide.

Elle ne mettra pas à disposition ses propres véhicules puisque Uber a trouvé un accord avec la start-up Jump Bikes, qui a obtenu en janvier dernier la permission de déposer près de 250 vélos électriques à travers San Francisco.

Les options tarifaires n’ont pour le moment pas filtré mais il ne serait pas surprenant qu’Uber se calque sur les prix déjà en vigueur auprès de Jump Bikes : $2 pour 30 minutes d’utilisation.

 

Une révolution dans le déplacement en ville ?

 

En Europe, le marché de location de vélos à la demande a été investi par Gobee.bike. La start-up française propose déjà ses machines vertes fluorescentes dans les centre-villes de plusieurs villes européennes telles que Lyon, Lille, Paris, Bruxelles, Florence ou Turin.

Les vélos en libre-service de Gobee.bike peuvent être déposés ou récupérés n’importe où dans l’environnement urbain, au contraire des Vélib’ à Paris ou des Vélov’ à Lyon, qui doivent reposer sur des bornes spécifiques.

Uber Bikes fonctionne de la même sorte : fini les stations de stockage, les vélos peuvent être loués et déposés auprès de n’importe quelle borne présente sur un trottoir.

Le nouveau service de location développé par le géant américain est accessible via son application. Cette dernière déverrouillera le vélo électrique une fois à proximité, en plus de pouvoir réserver le véhicule au préalable et à distance.

Mais est-ce qu’un tel service créera une révolution dans la manière de se déplacer en ville ?

Combiner une application à succès, très bien implantée dans le quotidien des utilisateurs citadins, avec un processus simple d’accès et d’utilisation (tel que proposé par Jump Bikes) peut être la recette gagnante.

L’implantation de Uber Bike à San Francisco détient un fort potentiel réussite grâce à une fibre écologique largement développée, un urbanisme contraignant pour les véhicules à quatre roues et une géographie montagneuse parfaite pour un vélo au pédalage assisté.

Toutefois, il n’y a que 250 vélos disponibles à l’heure actuelle à San Francisco et Uber n’a fourni aucune garantie concrète sur l’extension du service au reste des Etats-Unis et du monde.

Ce serait malgré tout une excellente idée qu’Uber Bikes se développe, d’autant plus que le concept s’intègre aux mœurs actuelles au sein des villes, que ce soit pour une utilisation quotidienne ou pour visiter les centre-villes.

Aloïs Piet

Source : New York Times.

Le pôle social média

Le trio très actif de caméléons du pôle social media, c’est ce qui fait le lien entre les internautes et le Master GECI. Que ce soit sur Facebook, Twitter ou LinkedIn, le pôle Social Media est là pour tenir informer l’extérieur de ce qu’il passe au sein de la promotion. Ce sont ces trois-là qui vous transmettent les informations et les articles du Master tout au long de l’année via les réseaux sociaux.