Mon stage chez Brainstorming

mon-stage-chez-brainstorming

Alexandre vous raconte une journée type chez Brainstorming, agence de communication spécialisée dans le développement des marques. 

 

brainstorming communcation

 

 

Parle-nous un peu de toi, quel est ton parcours ?

Après avoir eu mon bac, j’ai enchaîné avec une licence de lettres modernes, que j’ai commencée dans la région parisienne, à Cergy, puis que j’ai fini à Tours. Une fois la licence en poche, j’ai enchaîné avec une licence information communication à Lyon. Les lettres modernes m’ont beaucoup apporté en termes d’analyse, d’interprétation mais les quelques matières relatives à la communication et au journalisme que j’ai suivies m’ont donné envie d’étudier la chose. J’ai donc commencé la licence Information Communication dès la troisième année grâce à mes acquis de lettres modernes, puis j’ai enchaîné avec le Master GECI.

 

Pourquoi avoir choisi le Master GECI ?

J’ai toujours été fasciné par Internet et la façon dont les gens y communiquent. Ce qui est encore plus intéressant c’est de voir les différents types d’interactions qu’on y retrouve, ça évolue tout le temps. J’ai donc voulu allier ces deux choses : Internet et Communication et il m’a semblé que le Master GECI répondait assez bien à mes exigences. J’ai souvent travaillé dans le domaine du web en freelance (rédacteur, community manager, modérateur..) donc c’était également un bon moyen de parfaire mes connaissances dans le digital.

 

Comment se sont passées tes recherches de stages ? Est-ce que tu as des conseils pour les futurs étudiants ?

Mes recherches de stage se sont plutôt bien passées. J’ai commencé mes recherches très tôt, sachant que je n’aurai pas de temps à perdre quand les travaux à rendre arriveraient. J’ai envoyé CV et lettre de motivation à de nombreuses agences et entreprises dans la région Rhône-Alpes  et j’ai fini par avoir trois propositions de stage en deux ou trois semaines.

J’ai donc eu la chance et le luxe de pouvoir m’orienter vers le stage qui m’intéressait le plus. J’avais une proposition pour être rédacteur et travailler dans le référencement, et deux autres propositions pour être community manager.

Si j’avais un conseil à donner aux étudiants c’est : chercher très tôt son stage, car si on laisse ça trainer, non seulement c’est un stress supplémentaire mais en plus, mieux vaut le faire tôt quand on a du temps, car c’est susceptible d’être très difficile à concilier avec les travaux à rendre et les partiels.

Autres conseils : ne vous cantonnez pas à un domaine, voyez large, partez du principe que vous n’aurez pas forcément le luxe de faire votre stage où vous voulez, pensez d’abord au fait que vous devez avoir un stage, alors ayez une roue de secours. Envoyez également des exemples de vos prestations pour être plus crédibles, et mangez cinq fruits et légumes par jour.

 

 

Maintenant peux-tu nous présenter ton stage ?

Je travaille dans l’agence Brainstorming, basée à Écully.

C’est une agence de communication indépendante spécialisée dans le développement des marques. Ses domaines d’expertises sont le branding, le brand content, l’influence médiatique, les médias sociaux et le digital.

Elle accompagne des marques BTOB et BTOC dans leur développement.  Agence Généraliste, les multi-secteurs sur lesquels ses équipes sont amenées à travailler, représentent une réelle force au niveau de la pertinence et de l’efficacité des stratégies proposées.

Les missions au sein de l’agence sont donc assez variées et chaque pôle est souvent en contact avec les autres.

 

Tu peux nous raconter une journée ou semaine type ?

Il y a rarement des journées types identiques, étant donné que j’ai un rôle plutôt polyvalent. La plupart des journées ne se ressemblent pas car j’ai souvent plusieurs sujets différents à traiter en même temps. Tout dépend de leur avancement et des clients dont je m’occupe.

Si je devais vraiment décrire une journée basiquement, je dirais que, la première chose que je fais c’est d’aller vérifier et modérer les comptes dont je m’occupe sur Facebook. C’est une mission que je fais en parallèle aux autres habituellement, étant donné que les internautes sont susceptibles de nous poser des questions tout au long de la journée, mais il arrive bien évidemment qu’on nous pose des questions le soir ou pendant la nuit. C’est donc la première chose que je fais en arrivant le matin à l’agence : vérifier, modérer les nouveaux commentaires et leur répondre.

Par la suite, je continue les autres missions que me donne ma responsable, Anne, community manager. Je réalise plusieurs tâches pendant les journées : community management, rédaction de billets de blog, analyses de statistiques, veille concurrentielle, tutoriels écrits pour des applications, réalisations de vidéos teasing … Etant quelqu’un qui me lasse vite, c’est ce que je cherchais : un poste où on a besoin de moi, qu’on me le fait sentir, et pour lequel on m’assigne plusieurs tâches différentes et variées.

 

D’après toi est-ce que le master GECI t’a rapporté les compétences nécessaires pour ton stage ?

Oui, notamment les matières un peu plus « pratiques », pour lesquelles nous mettions les mains dans le cambouis, qui nous demandaient concrètement de faire des études de marques, de la veille concurrentielle, de la rédaction sur WordPress, des analyses de bons procédés sur les réseaux sociaux. J’ai été agréablement surpris, de voir qu’il y avait des missions dans mon stage qui correspondaient à des travaux qu’on nous avait demandés de faire. A la seule différence que cette fois-ci, on est payé. Et ça, c’est plutôt cool pour le kebab du soir.

Le stage a-t-il répondu à tes attentes sur la gestion éditoriale et la communication web ? Comment tu envisages la suite ?

Oui. Comme je l’ai dit, je cherchais un stage orienté sur l’interaction sur Internet, sur le community management, tout en faisant d’autres tâches à côté que les gens ne soupçonnent pas forcément quand on leur parle du métier de « community manager ». Plot twist : community manager, ce n’est malheureusement pas seulement poster une publication sur Facebook par jour.  Ça serait trop facile. C’est beaucoup de travail en amont et en aval. Comme je l’ai dit juste avant, c’est des études de statistiques, de l’analyse d’engagement de la part des différentes communautés, des bilans à faire, des planning de publication à préparer à l’avance …

Ce que j’aime dans ce stage c’est qu’il me permet de faire ce que je voulais, couplé à des missions variées et à beaucoup d’échanges avec d’autres gens de l’agence qui viennent de milieux différents (relation presse, branding, créa…). La bonne ambiance est là et c’est important pour l’épanouissement professionnel (avouez, c’était cool comme phrase).

Le temps passe vite, il ne me reste déjà qu’un mois et demi de stage. Si ça se passe comme ça s’est passé à présent, c’est tout bon pour moi.

Merci Alexandre pour tes réponses !

Le pôle social média

Le trio très actif de caméléons du pôle social media, c’est ce qui fait le lien entre les internautes et le Master GECI. Que ce soit sur Facebook, Twitter ou LinkedIn, le pôle Social Media est là pour tenir informer l’extérieur de ce qu’il passe au sein de la promotion. Ce sont ces trois-là qui vous transmettent les informations et les articles du Master tout au long de l’année via les réseaux sociaux.