Mon stage chez Digital Virgo Entertainment

mon-stage-chez-digital-virgo-entertainment

Aujourd’hui c’est au tour de Léonard de nous parler de son expérience au sein du groupe Digital Virgo.

Salut Léonard,

Parle nous un peu de toi, quel est ton parcours ?

Salut à toi intervieweur, j’ai commencé avec une licence bi-disciplinaire en Langues Étrangères Appliquées (LEA) et Information-Communication à l’Université Lumière Lyon 2. A la fin de la première année, nous devions faire un choix. N’ayant pas été satisfait par la partie LEA c’est donc logiquement que je me suis orienté en InfoCom. Pour dire la vérité, ma première année a été assez chaotique car le rythme universitaire est exigeant même si des médisants pensent le contraire. J’aurais pu louper ma première année mais je me suis accroché. Et j’ai failli arrêter la fac pour me réorienter vers des DUT. Finalement je n’ai pas été pris donc dans un premier temps la formation en InfoCom était un peu un choix « par défaut ». Mais j’ai quand même obtenu ma licence d’Information-Communication et je suis très fier d’avoir accompli cela.

Pourquoi avoir choisi le master GECI ?

Il y a eu un moment déclencheur dans mon parcours, mon stage de L3. Je l’avais effectué dans une agence de communication où j’ai eu un premier aperçu de ce monde informationnel du web. En parallèle, j’écrivais déjà des articles sur des sujets musicaux car je suis un passionné invétéré. De plus, j’ai participé à la radio RL2 qui est devenu depuis Le Troisième Lieu et où j’étais chroniqueur, puis j’ai joué un rôle important dans le changement. J’ai été en charge de la refonte du site. Et ça c’est grâce au Master GECI qui demande à ses étudiants de réaliser ou refaire un site internet dans le cadre d’un projet tuteuré. Additionné à ça l’enrichissement en compétences du web (community management, stratégie éditoriale, référencement…), c’était le Master qui convenait le mieux à mon profil.

Comment se sont passées tes recherches de stages ? Est-ce que tu as des conseils pour les futurs étudiants ?

A vrai dire cela a été plutôt simple ! J’ai commencé mes recherches en répondant à une annonce qui m’intéressait et qui répondait à mes envies. Cette annonce était pour un poste de community manager/rédacteur dans un service musical. Cette annonce a été la bonne car j’ai eu une réponse rapide. S’en suit un premier entretien de visu avec la responsable des Ressources Humaines puis un second sur Skype avec mes futurs responsables. Finalement j’ai eu – ainsi dire – de la chance car cela n’a pas été une prise de tête !

Le conseil que je donnerais aux futurs étudiants est de chercher en priorité un stage qui répond à ses hobbies. Car on peut vite s’ennuyer et c’est le pire, surtout lorsque l’expérience dure 6 mois. Si l’annonce vous amène à déménager prenez le risque, sortez de votre zone de confort.

Maintenant peux-tu nous présenter ton stage ?

Je travaille chez Digital Virgo Entertainement (DVE) à Aix-en-Provence. C’est une entreprise française qui s’est donnée comme mission de divertir le public à partir de contenus dans différentes thématiques touchant la musique, le sport, le cinéma, le jeu vidéo et le dating. Pour ma part, je suis dans le service musical où je m’occupe de la plateforme musicale PlayUp. Je suis le community manager et je participe à la partie éditoriale où j’écris les bios des artistes de notre catalogue et je créé des playlists. Je m’occupe également d’intégrer mes articles traduits sur PlayUp UK. J’ai commencé le 19 février et je reste jusqu’au 17 août. Pour l’instant tout se passe bien !

Tu peux nous raconter une journée ou semaine type ?

Je vais te raconter une journée type parce que chaque semaine est différente ! J’arrive le matin, je bois mon café, je me connecte à mes outils de veille et de messagerie et c’est parti.  La matinée est consacrée à la veille où grâce à un outil spécial, nous avons toutes les informations qui arrivent en temps réel, le meilleur comme le pire ! J’écoute beaucoup de musique également en triant le bon et le moins bon. Après avoir fait ma sélection de sujets intéressants, je les propose à ma responsable. Ensuite j’écris au moins un article par jour via leur propre CMS (Content Manager System) qui est publié sur PlayUp. Puis vient la partie réseaux sociaux où je partage le contenu que j’ai créé. L’après-midi je continue un peu à veiller et je prépare des contenus qui sont moins d’actualité comme des visuels, des tops, des vidéos natives ou des playlists. Et ce qui est bien avec le monde de la musique c’est qu’il y a TOUJOURS de l’actualité à traiter. Voilà à quoi ressemble une journée type chez DVE !

D’après toi est-ce que le master GECI t’a rapporté les compétences nécessaires pour ton stage ?

Absolument. Comme on l’a dit dans d’autres interviews et sur le site, le Master GECI est pluridisciplinaire. Mais l’important est d’avoir des expériences en parallèle. Ce n’est pas l’université qui te la donne. On t’apprend à réfléchir et observer en se basant sur la théorie. Il y a des profils qui ne sont pas adaptés à ça. Personnellement cela m’a apporté même si le chemin a été long. J’ai « bouffé » de la théorie pendant 4 années avant d’en arriver à la pratique. Alors oui la pratique est la mise en application de la théorie mais on peut vite lâcher si on n’est pas patient. Mais je ne regrette pas ces années car cela m’a permis de mieux comprendre le monde qui m’entoure et, dans notre cas, le monde du numérique.

Donc quand je suis arrivé chez DVE je n’étais pas dans le flou. Ce que m’a apporté le stage sont les outils professionnels, qu’on ne peut pas voir en cours. De plus j’ai acquéri rigueur, méthodologie et autonomie.

Le stage a-t-il répondu à tes attentes sur la gestion éditoriale et la communication web ? Comment tu envisages la suite ?

Pour l’instant le stage répond à mes attentes car j’aime ce que je fais. Faire découvrir des choses à notre communauté, raconter des histoires, créer des playlists pour rythmer la vie quotidienne, c’est tout que je souhaite faire à l’avenir.

Pour la suite, on va voir. Il me reste encore 2 mois et demi de stage, ensuite il va falloir se lancer dans le grand bain (et ça fait peur) ! Mon ambition est de créer mon propre site internet avec un concept qui me tient à cœur mais tu n’en sauras pas plus pour le moment. Avant ça il faut que je continue de me former dans les différents domaines du web pour avoir ce fameux profil polyvalent qu’on lit dans toutes les lettres de motivation et CV !

Merci à toi Léonard et bon courage pour la fin de ton stage !

Merci à toi de m’avoir écouté !

Le pôle des chefs de projet

La tribu aurait pu s’égarer si elle n’avait pas à sa tête ses deux merveilleux chefs de projet caméléon. Tout le long du projet, nos deux cameleon manager ont fait en sorte que tout se passe comme sur des roulettes. Le résultat que vous voyez ici est la somme du travail accompli par l’ensemble des groupes alors enjoy !